Quel est l'impact du numérique sur l'industrie nucléaire ? - SFEN

Quel est l’impact du numérique sur l’industrie nucléaire ?

Publié le 5 octobre 2020 - Mis à jour le 23 avril 2021
Synthèse

A l’image d’autres secteurs industriels, l’industrie nucléaire s’est transformée en profondeur par les outils numériques. Cette digitalisation n’est pas étrangère au foisonnement de starts-up dans le nucléaire et aux nombreuses innovations qui voient le jour, de la conception au démantèlement des installations, en passant par leur exploitation et leur maintenance.

Les outils numériques transforment en profondeur l’industrie nucléaire et favorisent l’apparition de start-ups toujours plus nombreuses et innovantes. Aux côtés des grands acteurs, elles interviennent sur l’ensemble de la chaîne de valeur, de la conception au démantèlement des centrales, en passant par leur conception et leur maintenance.

Comme d’autres grandes industries (aéronautique, construction navale, transport, etc.), le nucléaire a des problématiques spécifiques : long cycle d’investissement, rôle central des enjeux de sûreté et de sécurité, exigence de compétitivité, besoins de transformation. Autant de défis que le numérique contribue à relever.

 

Le numérique accélère les cycles industriels

Le numérique permet d’accélérer les cycles industriels, de la conception à la production. En amont, il libère la créativité et favorise l’innovation et le développement de nouvelles solutions. En aval, il améliore la performance opérationnelle en optimisant les opérations, de la maintenance à la production.

1,2
c'est le montant en milliard d’euros dédié aux investissements annuels dans la R&D nucléaire en France

Pour y parvenir, l’industrie développe notamment des reproductions, voire des jumeaux numériques de ses installations. Grâce à elles, des opérations complexes de maintenance, ou de démantèlement, peuvent être préparées virtuellement avant d’être réalisées.

Autre levier mobilisé, celui des données. Une centrale nucléaire produit une quantité de données qui constitue autant d’éléments pouvant être valorisés pour favoriser une meilleure exploitation et une meilleure conception. Grâce à ces outils, EDF recourt désormais à de la maintenance prédictive sur ces installations : une pièce est changée au bon moment, et non après qu’elle fasse défaut. Enfin, en bout de chaîne, pour le démantèlement, la prise en compte de données sur l’irradiation des installations pendant leur exploitation facilite les opérations.