Rayonnements ionisants et radioactivité, phénomènes indissociables - Sfen

Rayonnements ionisants et radioactivité, phénomènes indissociables

Publié le 3 octobre 2020 - Mis à jour le 23 avril 2021
Physique
Synthèse

L’univers est composé d’atomes stables et, en plus faible proportion, d’atomes instables qui se transforment spontanément en émettant des rayonnements : alpha, bêta, gamma. C’est le phénomène de la radioactivité.

Tous les êtres vivants sont soumis en permanence à l’action des rayonnements ionisants d’origine naturelle ou artificielle. Ce phénomène s’appelle l’exposition aux rayonnements. L’exposition est le plus souvent faible mais, en cas d’accident, par exemple, des personnes peuvent être exposées à des doses plus ou moins élevés de rayonnements ionisants. Pour un organisme vivant, l’exposition peut être externe ou interne selon que la source des rayonnements est située à l’extérieur ou à l’intérieur du corps.

 

Les rayonnements radioactifs, comme tous les rayonnements, transportent de l’énergie et interagissent avec la matière, notamment le vivant.
Certains rayonnements (alpha, bêta, gamma et X) sont dits ionisants parce qu’ils transportent une grande quantité d’énergie qui provoque un changement de la charge électrique des atomes qu’ils traversent. C’est le phénomène d’ionisation. Ils peuvent être, dans certaines conditions d’exposition, dangereux pour les êtres vivants et il faut savoir s’en protéger.

  • Le rayonnement « alpha » perd très vite son énergie. Il a un pouvoir de pénétration très faible. Il ne parcourt que quelques centimètres dans l’air. Une simple feuille de papier ou les couches superficielles de la peau suffisent
  • Le rayonnement « bêta » ne parcourt que quelques mètres dans l’air. Il est stoppé par une vitre en verre, en plastique ou une feuille d’aluminium.
  • Le rayonnement « gamma », dans l’air, peut être de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de mètres et de fortes épaisseurs de plomb ou de béton sont nécessaires pour l’atténuer ou le stopper.