Urgence climatique : peut-on se passer de l’énergie nucléaire? - SFEN

Urgence climatique : peut-on se passer de l’énergie nucléaire?

Publié le 18 octobre 2018 - Mis à jour le 2 juillet 2020
Notes techniques

La France s’est fixée à la fois une ambition nationale et internationale dans la lutte contre le changement climatique. Trois ans après la COP21, et l’accord mondial sur l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 °C en 2100, le dernier rapport du GIEC alerte que la limite pourrait être atteinte entre 2030 et 2050. En France aussi, si le Plan climat a fixé un objectif de décarbonation à 2050, les émissions ont encore augmenté de 4 % en 2017.

"La France est un des rares pays industrialisés au monde à bénéficier déjà d’une électricité décarbonée, et ceci grâce à l’énergie nucléaire"

Elle est, du point de vue de sa politique climatique, dans une situation particulière.

Dans cette nouvelle note, la SFEN procède à une revue de littérature scientifique permettant de souligner que :

  • Le nucléaire est une source d’énergie bas carbone reconnue
  • L’efficacité de l’énergie nucléaire à réduire les émissions de gaz à effet de serre est démontrée
  • A contrario, les mises à l’arrêt de centrales nucléaires ont abouti à une stagnation, voire une augmentation, des émissions de gaz à effet de serre
  • Le nucléaire sera indispensable, au côté des énergies renouvelables, pour atteindre les objectifs de décarbonation
  • L’énergie nucléaire a le potentiel aujourd’hui pour décarboner plus et plus rapidement

Dans le cadre de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et de la COP24 (Katowice, Pologne, décembre 2018), la SFEN formule ainsi quatre propositions :

À l’échelle nationale d’abord, la France doit :

  • Piloter de manière prudente son mix électrique, pour ne jamais être acculée à devoir développer à court et moyen terme des centrales à gaz.
  • Tirer parti de son électricité bas carbone pour décarboner le quotidien des Français, principalement dans les transports (29 % des émissions de CO2 ) et dans l’habitat. Par ailleurs, la France porte une responsabilité particulière, en ce sens qu’elle dispose d’une position diplomatique forte sur les questions climatiques, et qu’elle est un grand pays nucléaire.

À l’échelle internationale ensuite, la France doit :

  • Garantir la compétence industrielle nucléaire au niveau européen.
  • S’engager pour que la technologie nucléaire soit reconnue pour les services qu’elle rend, et puisse jouer son rôle.

L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue
L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue