Le centre de stockage géologique Cigéo, une solution responsable - SFEN

Le centre de stockage géologique Cigéo, une solution responsable

Publié le 11 septembre 2015 - Mis à jour le 2 juillet 2020
Positions

La SFEN soutient le projet de centre industriel de stockage géologique (Cigéo) pour les déchets radioactifs de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MA-VL).

En effet, une solution durable doit être mise en œuvre pour l’ensemble des déchets radioactifs. La France a produit, produit aujourd’hui, et continuera de produire des déchets radioactifs. Plus de 90 % de ces déchets ont déjà une solution de stockage opérationnelle, industrielle et définitive. Pour les déchets à haute activité et de moyenne activité à vie longue, qui, malgré leur très faible volume, concentrent plus de 99 % de la radioactivité, la France a développé, au cours de plusieurs décennies de recherche, une solution de stockage géologique, qu’il est temps désormais de mettre en œuvre : Cigéo.

Cigéo est un projet mené collectivement. Le Parlement a été à l’initiative du projet de stockage géologique et l’a supervisé depuis 1991. Le maître d’ouvrage est un organisme public indépendant des producteurs de déchets, l’Agence Nationale des Déchets Radioactifs (Andra). Deux débats publics nationaux, des évaluations techniques et l’avis de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ont permis d’orienter les choix collectifs en priorisant les aspects sûreté. Le projet participera au développement des deux départements concernés (Meuse et Haute-Marne).

La solution technique choisie fait consensus auprès de l’ensemble des acteurs. La communauté scientifique et technique internationale considère le stockage géologique comme la solution la mieux adaptée pour gérer des déchets radioactifs sur les temps longs. Le déroulement du projet Cigéo est contrôlé et évalué en permanence par les instances compétentes. Les discussions entre l’Andra et les producteurs de déchets permettent de continuer à optimiser les options techniques à mesure de l’avancement du projet.

Le coût du stockage représente entre 1 et 2 % du coût de production de l’électricité d’origine nucléaire. Les dépenses effectives s’étaleront sur plus de 100 ans. Le financement du projet est assuré par les producteurs de déchets (EDF, AREVA, CEA) et repose sur un mécanisme de provisions sécurisées par des actifs dédiés, et récemment auditées par la Cour des comptes.

©Andra – Stephane Lavoue

L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue
L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue