L’industrie nucléaire se réinvente pour relever les défis de 2030

Publié le 27 juin 2016 - Mis à jour le 24 avril 2020 Positions

L’industrie nucléaire, troisième filière industrielle de France, est à un moment charnière de son histoire. Financièrement fragilisée, elle est confrontée à un marché européen de l’électricité en crise qui n’encourage pas les investissements de long terme. A ces problèmes exogènes s’ajoutent des difficultés internes : les industriels, qui n’avaient plus construit depuis 15 ans, souffrent de retards sur les grands chantiers et doivent être recapitalisés pour faire face à leurs besoins en investissement.

Les fondamentaux et les perspectives du marché nucléaire mondial restent positifs. Pour répondre au doublement de la demande en électricité et à la lutte contre le dérèglement climatique, l’OCDE prévoit un doublement de la capacité nucléaire mondiale d’ici 2050. Plus de 70 réacteurs sont déjà en chantier dans le monde, en particulier en Asie. En Europe et aux Etats-Unis, de nombreux réacteurs sont rénovés pour être exploités jusqu’à 60 ans, voire au-delà.

L’innovation est la clé de voûte du développement de l’énergie nucléaire depuis son origine. Dans un marché en croissance, soumis à une concurrence de plus en plus forte, la filière française doit aujourd’hui se réinventer et innover sur tous les champs : organisationnel, en mettant en œuvre de nouveaux modes de collaboration entre les entreprises ; technologique, en proposant une gamme de produits et services en accord avec les attentes du marché ; et économique, en proposant de nouveaux mécanismes de marché.

© EDF – PETIT JEAN LUC / TOMA

L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue
L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue