Estelle Desroches, de la R&D d’EDF à la direction de Cyclife - Sfen

Estelle Desroches, de la R&D d’EDF à la direction de Cyclife

Publié le 13 septembre 2021 - Mis à jour le 18 novembre 2021
  • Cyclife
  • Démantèlement
  • Women in Nuclear
estelle_desroches_02

Directrice générale de Cyclife, la filiale multi-entités du groupe EDF spécialisée dans le démantèlement des installations nucléaires et la gestion de déchets radioactifs, Estelle Desroches a toujours conservé le souci de l’intégration durable des moyens de production d’électricité dans notre environnement.

Chimiste de formation, Estelle Desroches rejoint le groupe EDF en 1998. Au sein des équipes R&D, elle travaille d’abord sur l’optimi­sation du fonctionnement du parc de produc­tion thermique pour en limiter les impacts environnementaux. En 2008, elle devient responsable de l’aval du cycle au sein de la Division combustible nucléaire avec la res­ponsabilité du traitement du combustible usé et de la gestion des déchets radioactifs. « C’était notamment l’occasion de me for­ger une opinion scientifique so­lide sur la question des déchets nucléaires, un sujet majeur pour l’acceptabilité de la filière », se souvient-elle.

En 2016, Estelle devient directrice du pro­gramme de démantèlement des réacteurs graphite (UNGG), la première génération de réacteurs. « Ce sont des réacteurs particuliers, ils sont complexes, compacts et de très grande dimension, donc difficiles à démanteler. Ils contiennent environ vingt fois plus de ma­tériels et de matériaux que les réacteurs du parc actuel », précise-t-elle. Néanmoins, avec le développement de solutions téléopérées, EDF souhaite devenir un leader dans leur démantèlement.

« Il est important de faire savoir aux femmes qu’il est tout à fait possible de faire carrière dans ces domaines »

En 2019, EDF et Véolia créent la société Graphitech, spécialisée dans le développe­ment de solutions technologiques pour le démantèlement des réacteurs graphite : Estelle Desroches en devient la présidente. En 2021, elle est nommée directrice générale de la fi­liale mère Cyclife, qui compte 700 salariés, plusieurs sites industriels en Europe, ainsi que des centres de compétences en ingénie­rie du démantèlement [1]. « Le fil conducteur de ma carrière peut être résumé en une problé­matique : comment produire une électricité décarbonée durable et respectueuse de notre environnement ? ».

La lauréate du prix FEM’Energia en 2012 est également très engagée sur les questions de diversité. Marraine du réseau Énergie de femmes en Auvergne-Rhône-Alpes, elle mène des actions pour promouvoir auprès des jeunes femmes les métiers techniques et scientifiques. « Il est important de faire savoir aux femmes qu’il est tout à fait possible de faire carrière dans ces domaines ». Mère de deux enfants, elle conserve dans son emploi du temps une place pour la danse qu’elle a enseignée il y a quelques années et qu’elle continue de vivre comme une autre aven­ture, ressourçante, collective et créative.

BIO EXPRESS

Née en 1971 à Avesnes-sur-Helpe (59).
2021 I Directrice générale de Cyclife
2019 I Présidente de Graphitech
2016 I Directrice du programme de démantèlement des réacteurs graphite à la Direction de projets déconstruction déchets (DP2D)
2014 I Directrice adjointe de la Direction industrielle (EDF – Ingénierie nucléaire)
2008 I Chef de pôle aval du cycle et gestion des déchets à la Division combustible nucléaire
1998 I EDF R&D – Chef de projet / Chef de groupe Environnement/Hydraulique

1991–1994 I ENSIC
1994–1997 I Thèse à l’Institut français du pétrole sur le « devenir des polluants gazeux lors de l’incinération d’ordures ménagères en lit fluidisé circulant »


1- Cyclife Engineering, Cyclife Digital Solutions et Graphitech.

 


Par la rédaction, Sfen – Photo © Nicolas Gouhier

  • Cyclife
  • Démantèlement
  • Women in Nuclear
Découvrez aussi ...

La Sfen JG en entreprise 1/3

Publié le 31 août 2021