Olivier Gastaldi, développeur de nouvelles technologies nucléaires - Sfen

Olivier Gastaldi, développeur de nouvelles technologies nucléaires

Publié le 29 août 2017 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Astrid
  • CEA
  • Réacteur de 4e génération
portrait_olivier_gastaldi

Responsable du service de technologies des composants et des procédés basé à Cadarache (Bouches-du-Rhône), Olivier Gastaldi, 44 ans, conduit des recherches sur des briques technologiques indispensables à l’élaboration des réacteurs nucléaires de 4e génération.

Diplômé de l’ENSIGC [1] en génie des procédés et de SUPAERO en automatique avancée et ingénierie des systèmes, Olivier Gastaldi aurait pu emprunter une tout autre voie que l’industrie nucléaire : « la plupart de mes camarades de promotion sont partis travailler dans l’industrie pétrolière et gazière. De mon côté j’étais déjà convaincu que le nucléaire était une des énergies d’avenir. C’est ce qui a guidé mon choix car j’avais alors une proposition de Total et une proposition du CEA. » S’il ne regrette pas son pari sur le nucléaire, ses débuts n’ont pas toujours été faciles : Olivier Gastaldi a commencé sa carrière sur Superphénix, alors plus grand réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium au monde, l’année où sa fermeture a été décidée. « J’ai donc étudié les procédés spécifiques au traitement du sodium en vue du démantèlement, expérience mise à profit ensuite pour la rénovation du réacteur Phénix », explique-t-il.

L’expérience de nombreuses technologies de réacteurs

À 44 ans, Olivier Gastaldi peut s’enorgueillir d’avoir travaillé sur de nombreuses technologies de réacteurs à fission : « réacteurs à neutrons rapides à caloporteur sodium, réacteurs à sels fondus, réacteurs caloporteurs gaz. Finalement, plaisante-t-il, les réacteurs à eau sous pression sont ceux que j’ai appris à connaître le plus tardivement. » Cet ingénieur a aussi travaillé sur les réacteurs ou machines de fusion thermonucléaire et a notamment participé à la consolidation du dossier du CEA visant à remporter la construction à Cadarache du réacteur de recherche ITER. « Ça a marché », rappelle avec fierté Olivier Gastaldi, qui peut admirer à quelques centaines de mètres de ses laboratoires le chantier d’ITER. Cet ingénieur a ensuite oeuvré à la refondation de la plateforme dédiée aux technologies sodium, appelée Papirus, par son action en tant que chef du laboratoire ayant la responsabilité d’exploitation de celle-ci et en tant que chef de projet en charge des investissements sur cette même plateforme. 


2291


Ambassadeur de la R&D nucléaire

Responsable depuis 2016 d’un service regroupant cinq laboratoires de R&D sur les technologies et développement de composants et de procédés en support aux technologies nucléaires, Olivier Gastaldi encadre plus de 100 personnes sur des thématiques aussi variées que les technologies en soutien à ASTRID – projet de démonstrateur de réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium –, au réacteur de recherche en construction Jules Horowitz (RJH) ou encore à la qualification d’assemblages combustibles pour les réacteurs de 2e et 3e générations ou les réacteurs pour la propulsion navale. Pour ce chef de service, le potentiel important de la R&D nucléaire est un atout qui l’a aussi motivé à rejoindre le nucléaire : « la R&D apporte des réponses pour améliorer dans la durée, la sûreté, la disponibilité et la longévité des réacteurs. Ce qui est vraiment satisfaisant, précise-t-il, c’est de voir tout le progrès accompli sur certaines technologies tout en étant parfois encore dans la confirmation des étapes préliminaires de faisabilité, ce qui nous laisse de belles perspectives de progrès ». Olivier Gastaldi vise toutefois à engager un effort supplémentaire de la « valorisation au-delà du nucléaire » des technologies que ses laboratoires développent (voir reportage) : « nous avons à y gagner économiquement et en image ».


École nationale supérieure des ingénieurs en génie chimique, devenue ENSIACET (École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques) en 2001.


Par Tristan Hurel (SFEN)

  • Astrid
  • CEA
  • Réacteur de 4e génération